Vous êtes ici : Home > La piscine biologique > La filtration biologique pour piscine
1. Pourquoi choisir la filtration LOTUS pour votre piscine ?

Simplement parce que dans une piscine filtrée biologiquement, l'eau est régénérée naturellement sans produits désinfectants, grâce aux micro-organismes, à une stérilisation reproduisant des phénomènes naturels et, accessoirement, les plantes. La piscine qui en découle s'intègre parfaitement dans le jardin, vit au rythme des saisons, restant ainsi superbe, même en hiver.

Aujourd'hui, qui n'est pas sensible aux soucis d'environnement, à la préservation de notre planète ? Qui peut encore ignorer les effets du chlore et de tous ces produits chimiques sur la santé de nos enfants ?
Ceux qui ont un jour approché une piscine équipée par Aquatic Science savent pourquoi le chlore ne leur piquera plus jamais les yeux !

Choisir le système LOTUS d'Aquatic Science, c'est faire le choix de la qualité, de la sécurité, de la facilité, de l'économie et de l'environnement.


Les avantages du système de filtration LOTUS pour piscine :
  • Le système reproduit des phénomènes naturels, en les maîtrisant : aucun produit chimique n'est utilisé.
  • La phyto-épuration étant optionnelle, l'espace disponible peut être entièrement consacré à la zone de baignade.
  • Le système LOTUS d'Aquatic Science est adaptable aux piscines existantes, dans une grande majorité des cas.
  • Une piscine équipée du système LOTUS d'Aquatic Science peut être chauffée et équipée de tous les accessoires courants comme un volet, une nage à contre-courant, ...
  • Ce système de filtration convient également aux piscines intérieures
  • Toute liberté est permise en matière d'esthétique et d'intégration paysagère.
2. Trois types de filtration biologique Aquatic Science

Dans une piscine filtrée biologiquement, l'eau est régénérée naturellement sans produits désinfectants, grâce aux microorganismes, à une stérilisation reproduisant des phénomènes naturels et accessoirement les plantes. La piscine s'intègre parfaitement dans le jardin et vit au rythme des saisons.

Aujourd'hui, qui n'est pas sensible à la préservation de notre environnement ? Qui peut encore ignorer les effets du chlore et autres produits chimiques sur la santé de nos enfants ?

Parmi une offre globale modulable à l'infini, Aquatic Science décline ses solutions de filtration selon trois modèles adaptés à tous les types de piscines et baignades, dont l'intégration paysagère répond à toutes les exigences : la piscine biologique, la piscine naturelle ou la baignade intégrée.

LA PISCINE BIOLOGIQUE LA PISCINE NATURELLE LA BAIGNADE INTÉGRÉE


La piscine biologique
Elle se caractérise par des formes angulaires, une zone de natation optimale et un espace limité. Aquatic Science préconise une filtration biologique sous pression, avec ou sans recours au lagunage, afin d'assurer un respect des normes sanitaires aussi rigoureux que pour la baignade publique. Le système de filtration Aquatic Science pour la piscine biologique est confiné dans un local technique, hors-sol ou enterré, ce qui permet une utilisation maximale de l'espace disponible et une réduction du coût du gros oeuvre.
Un Polyvortex, véritable ''dépoussiéreur d'eau'', retient les particules en suspension de plus de 30µm. Shark Bead, un filtre biologique sous pression développé par Aquatic Science, permet la digestion par les microorganismes de tous les résidus organiques de l'eau. Enfin, Uvozone®, une technologie innovante assurant un traitement conjoint par le rayonnement Ultra-Violet et l'ozone, assure la désinfection. La piscine biologique ainsi équipée est une vraie alternative à la piscine chlorée traditionnelle.


3. La pré-filtration ou filtration mécanique

Il s'agit d'éliminer les déchets solides en suspension dans l'eau. Cette action est essentielle, elle permet de séparer les grosses particules, afin de limiter l'encrassement et les entretiens de la filtration biologique proprement dite.
Le système le plus simple est la décantation : si l'eau circule lentement dans un récipient, les déchets plus lourds vont se déposer. Il est également possible de séparer les déchets en créant des ''vortex'' où l'eau, en tourbillonnant, va rapidement déposer les substances plus denses. Le Shark Bead, par exemple, associe un effet vortex à un passage dans un substrat biologique et mécanique.
L'autre technique, très répandue, consiste en un ''tamisage'' par panier (dans les pompes, les skimmers) ou grille (Shark Sieve, Ultrasieve, ...).


LE POLYVORTEX
Véritable ''dépoussiéreur'' d'eau, le Polyvortex d'Aquatic Science peut capturer des poussières aussi fines que 30 à 80µ. Envoyée sous pression dans le filtre, l'eau entre dans de multiples ''hydro-cyclones'' (16 pour le Polyvortex, 24 pour le Polyvortex Pro) qui génèrent un important effet centrifuge. Les sédiments décantent au centre du tourbillon et s'accumulent dans un collecteur nettoyé par simple purge. Il ne consomme que très peu d'eau et ne doit pas être alimenté en électricité. On le réserve généralement aux montages en «pression».
En savoir plus...
4. La filtration biologique proprement dite

SHARK BEAD : Le filtre pression.
Le Shark Bead est un filtre à pression contenant un substrat composé de billes («beads») en plastique. La saleté est retenue par ces billes, autour desquelles se développe un biofilm. Ce développement bactérien empèche les déchets, même les plus fins, de traverser ces masses filtrantes.
En savoir plus...
5. UV et ozone – La post-filtration


Aider l'écosystème de manière efficace

En fin de cycle de filtration, une désinfection de l'eau à l'aide d'un filtre UV est très utile. L'Uvozone® d'Aquatic Science, une technologie innovante inspirée de la nature, assure un traitement conjoint par le rayonnement ultra-violet et l'ozone, assurant une épuration des germes jusqu'à 99,9 %.
Le procédé Uvozone®, en combinaison avec un filtre biologique, garantit une qualité sanitaire optimale, sans utilisation de produits chimiques. Il est également actif contre les parasites et, bien entendu, contre les algues.


La nature comme modèle
Une partie de la lumière solaire n'est pas visible par l'oeil humain. C'est le cas des ultra-violets, des rayons lumineux qui ont un intérêt particulier dans le traitement de l'eau : ils détruisent les microorganismes nuisibles en quelques secondes, garantissant ainsi une désinfection efficace de l'eau (cette méthode sert, par exemple, à produire de l'eau potable).
Ces rayons ''UV'' ont un autre atout : ils peuvent agir sur l'oxygène (O2) et produire de l'ozone (O3). L'ozone est un véritable purificateur qui, dans la nature, va détruire (oxyder) de nombreuses substances toxiques et produire une eau parfaitement épurée.
L'Uvozone® fonctionne de la même manière : il utilise le rayonnement UV pour désinfecter et purifier naturellement l'eau grâce à la combinaison des rayons solaires et de l'ozone.


Le cycle de l'ozone dans la nature

Sous l'influence des rayons UV du soleil (1), l'oxygène (2) de l'air se divise en deux atomes (3) pour ensuite former une molécule d'ozone (4). L'ozone va réagir pour éliminer les agents polluants (5) tout en libérant une molécule d'oxygène.


Le cycle de l'ozone dans l'Uvozone®

Grâce à une ampoule UV spécifique (1), en plus d'une destruction des germes et pathogènes, l'air est irradié par une lumière ultraviolette qui convertit l'oxygène en ozone (2). Le mélange air-ozone est injecté dans le circuit d'eau en amont de l'Uvozone® (3). L'ozone (4) conduit à l'oxydation des organismes pathogènes présents dans l'eau et les matières toxiques en solution. L'eau passe ensuite dans la chambre de réaction (5) où elle est stérilisée par les rayons UV. Le reliquat d'ozone y est détruit.
6. La maîtrise des mouvements d'eau : l'hydraulique


L'optimisation des mouvements de l'eau (l'hydraulique) est à la base de la qualité future de la piscine. Le rythme de remplacement de l'eau souillée, le passage dans la filtration, la manière dont l'eau est captée ou refoulée ainsi que le système dans son ensemble vont déterminer le succès ou l'échec de la réalisation. Pourtant, il s'agit d'une étape souvent négligée génératrice de nombreux problèmes d'algues, de dépôts sur le fond, ou de déchets en surface.


La reprise des eaux de surface
En général, on utilise des skimmers classiques. En bassin, on utilise parfois des skimmers de surface qui ont l'avantage d'être moins onéreux et peuvent accepter des débits supérieurs à ceux d'un skimmer standard.


Le captage des eaux de fond

En général, on tente de capter l'eau dans la ou les zones les plus profondes de la piscine. Il peut être également intéressant de capter l'eau dans le fond d'un lagunage, d'une gage à volet, ...

Il existe deux façons de faire : une pompe peut être immergée dans le bassin, dans la zone la plus profonde. Cette installation inesthétique étant visible, on la réservera pour les zones cachées. Dans les piscines, on installera une bonde de fond qui, comme le skimmer standard, sera encastrée dans l'épaisseur de la paroi lors de la construction.


Le refoulement

L'eau captée, une fois épurée, doit retourner au bassin. Les tuyaux utilisés sont raccordés à une ''bouche de refoulement'' qui traverse la paroi du bassin.

Le retour de l'eau se fait en général à la surface ou quelques centimètres sous celle-ci. Excepté pour des cas particuliers, l'eau est rarement refoulée dans le fond. Les zones de refoulement doivent être correctement choisies afin de créer un courant d'eau qui ramènera les déchêts vers les zones d'aspiration. Le refoulement se trouve donc en général à l'opposé de l'aspiration.

Enfin, le refoulement peut être utilisé pour créer de nombreuses réalisations ayant un but esthétique (cascade, larmier, rivière) ou technique (oxygénation, passage dans un lagunage ou un système de postfiltration).

Attention, comme pour l'aspiration, le refoulement ne se fait pas sans calcul préalable. Chaque section de tuyau et chaque bouche de refoulement va accepter un débit optimal et surtout maximal. Il sera donc nécessaire d'en calculer le nombre adéquat en fonction du débit et du type de système installé.


La pompe

Une fois le rythme de renouvellement déterminé, le type de circuits et de filtration entériné, il est nécessaire de choisir la pompe la plus adaptée à ce que nous voulons réaliser.

Outre sa consommation, son prix et quelques caractéristiques secondaires, une pompe se caractérise par un débit rendu à une pression donnée.

La majorité se limite au débit annoncé sur la boîte, or ce débit est le débit maximal, c'est-à-dire la quantité d'eau rejetée en sortie de la pompe, sans aucun accessoire.

Si, en sortie de pompe on ajoute un tuyau, l'eau ne s'écoule plus tout à fait librement : il y a une résistance à son écoulement (le débit va donc diminuer). Plus le tuyau est long, plus la résistance sera élevée. Plus ce tuyau a un diamètre réduit, plus l'opposition à l'écoulement continue d'augmenter. Plus le débit est élevé pour un tuyau donné, plus la résistance augmente encore. Cette résistance, que l'on appelle ''perte de charge'' augmentera également avec les accessoires (coude, filtre, UV, vanne, ...) placés sur le trajet de l'eau.

Les résistances liées à chaque accessoire peuvent être additionnées en une perte de charge globale qui dépend de chaque type de circuit. Cette perte de charge globale est exprimée en bars (c'est une pression) ou plus aisément en mètres de hauteur (on parle de ''hauteur de refoulement'').

Il s'agit donc d'une manière d'exprimer l'équivalent de la hauteur à laquelle il faudrait refouler l'eau si les tuyaux et accessoires n'existaient pas.
Le réseau d'experts
Trouver un
distributeur



Découvrez quelques-unes
des plus belles réalisations
de nos partenaires.